SPÉCIAL ST VALENTIN : 1 bracelet quartz rose + 1 cœur en quartz cristal d’une valeur de 34 euros OFFERTS dès 99 euros d’achat.
Panier 0

Elle était…

Peggy Tournigand

oeufs-de-yoni hommage grand-mère de Peggy

 

Un soir de cet été mes pensées se focalisent sur ma grand-mère, elles revenaient sans cesse, impossible de les arrêter. Le lendemain, je pars faire ma balade matinale. Sur le chemin, les larmes me montent…

En rentrant, je préviens Sweety qu’il faut vite que je termine certains dossiers administratifs d’ici pour rejoindre ma grand-mère. Je crois que c’est grave.

Dans ma tête, je me demande : " Que s’est-il passé dans ma famille en Août ? " je ne vois rien… puis je reçois un message de mon père. Il me dit : le 2 Août c’est les 70 ans de mariage de Papi et mamie…

Ok tout est désormais clair…

Je réserve mon bus et mon train, j’ai une journée de transport pour arriver chez elle. Nous sommes le 2 Août ! Je prie pour qu’elle m’attende… Je n’avais qu’une angoisse, arriver à la gare et entendre mon père me dire : elle est partie !

Il est 19h30, j’arrive enfin…et elle est toujours là, elle m’a attendue.

Elle est partie le lendemain matin.



Peggy et sa grand-mère

 

Ma grand-mère a grandi dans la pauvreté en Bretagne. Elle vivait dans une toute petite maison d’agriculteurs avec ses nombreux frères et sœurs. Malgré ses bonnes notes à l’école, elle a été envoyée à Nantes pour travailler puis à Paris. Elle y rencontre mon grand-père, se marie et s’installe dans la Drôme chez sa belle-famille.

Elle n’a pas eu une vie facile et pourtant…

Elle a toujours pris soin de tout le monde, toujours un mot délicat ou une attention. Elle était discrète mais toujours là pour aider, écouter et apporter son soutien.

Elle incarnait la gentillesse, vous savez… la VRAIE gentillesse !

A 96 ans, elle était agréable, elle souriait et riait toujours autant. Elle était heureuse pour nous, elle était très fière d’avoir réussi à nous offrir une vie plus facile et plus confortable que la sienne.

Je la remercie bien sûr pour cela, je la remercie encore plus de m’avoir choyée et chouchoutée. Je me souviendrai toujours de ses frites maisons et de son escalope panée qu’elle me servait tous les mercredis midis quand j’étais petite. C’était tellement bon :)

On s’appelait tous les Dimanches depuis ses 80 ans et aujourd’hui j’ai encore le réflexe de prendre mon téléphone pour l’appeler… on se parle maintenant par un autre canal…

Je me sens chanceuse avoir eu une mamie comme elle.

Peggy



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Retour haut de page