NOUVEAU : Votre ROND DE RECHARGEMENT ÉNERGÉTIQUE en Quartz cristal et Etoile à 6 branches d'une valeur de 34 euros OFFERT dès 99 euros d'achat.
Panier 0

LES GYNECOLOGUES S'INTERESSENT AUX OEUFS DE YONI

Peggy Tournigand L'Actu

J’ai pu remarquer depuis un an, qu’il y a un intérêt croissant des œufs de yoni par les professionnels.

Vous faites partie des initiatrices de ce mouvement car certaines Divines ont osé parler à leur médecin de la pratique des œufs de yoni.

DECOUVREZ LES OEUFS DE YONI CREATEURS DE VOS REVES

De nombreux professionnels sont venus à moi en me disant qu’ils avaient entendu parler de la qualité de mon travail par leurs patientes.

C’est pourquoi je travaille de plus en plus en collaboration avec des kinés, sages-femmes et des Doulas.

Ces femmes sont des professionnelles qui proposent un accompagnement médical ou non de la grossesse à l'accouchement.

Elles recommandent aux jeunes mamans l’utilisation des œufs de yoni dans la rééducation du périnée.

Il y a quelques semaines, j’ai été contactée par le centre gynécologique Pointgyn à Paris qui regroupe plus de 20 gynécologues.

Pour eux la santé de la femme ne se résume pas à la gynécologie. Elle est complexe et multifactorielle.

C’est pourquoi, le centre propose en un même lieu un parcours de soins global dédié à la santé de la femme. Leur ambition est de proposer une prise en charge personnalisée et adaptée à la situation de chaque femme.

Les gynécologues savent faire les gestes médicaux mais se sentent démunis face aux détresses d’ordre émotionnel et/ou psychologique.

Par exemple lorsqu’il y a un avortement, la perte d’un enfant, un vaginisme, une endométriose, un abus, un viol, les conséquences d’une chirurgie, …

J’ai donc enregistré un premier podcast avec Mathilde qui s’occupe des intervenants de Pointgyn. 

Je vous laisse le découvrir en cliquant ICI (d’autres podcasts sont en préparation).

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Retour haut de page