Nouveau - 1 bracelet amplificateur de vos désirs en quartz cristal d’une valeur de 34 euros OFFERT dès 99 euros d’achat.
Panier 0

A quoi consentez-vous ?

Peggy Tournigand

Ces derniers temps sur les réseaux sociaux, on voit beaucoup de communication autour du consentement. On engage les femmes à dire “Non” quand ça ne leur convient pas.

Je trouve chouette qu’on mette en avant ce sujet et qu’on en parle mais après ?

Un test a été réalisé.

On a demandé à des parents de venir avec leurs enfants pour tourner une publicité de yaourt. Les parents devaient donner la consigne à leurs enfants de dire “ce yaourt est très bon” et “l’équipe de production” donnait à nouveau cette consigne aux enfants avant de lancer l’enregistrement.

Le yaourt avait été “pigé” avec du sel, il était en réalité immangeable.

Dans 80% des cas, les garçons ont dit que le yaourt n’était pas bon et parfois l’ont recraché et 90% des filles ont dit que le yaourt était très bon.

Voilà où nous en sommes…

coffret-special-oeuf-ancrage-plus-rond-rechargement-energetique-oeuf-de-yoni-obsidienne-noire-moyen-non-troue-plus-rond-œil-de-tigre

Il y a plus de 10 ans, j’avais fait un stage de 5 jours dédié aux femmes.

Le 2eme jour m’a profondément marquée. Il était dédié au consentement et à l’apprentissage du “Non” et nous avons toutes (participantes) été confrontées avec intensité.

Après cette journée ma vie n’a plus jamais été la même.

J’avais mis en lumière ce qui m'empêchait de dire “Non” (ce qui m’appartenait mais aussi ce qui était là depuis des centaines et des centaines d'années) puis je me suis entraînée dans mon quotidien pour mettre en place toutes les pratiques que j’avais apprises au cours de ce stage. Et ça n’a pas été simple !

Aujourd’hui encore, je suis parfois rattrapée par des vieux comportements... Bien sûr, j’ai plus de facilité à recadrer mais c’est toujours un challenge.

J’avais aussi remarqué qu’entre femmes nous n’avions pas toutes les mêmes craintes. En fonction de notre éducation, de notre milieu, de nos expériences, nous ne réagissons pas du tout de la même manière.

On comprend aisément que le travail sur le consentement est complexe et long et doit se faire en profondeur…

Dénoncer ok, attendre que quelque chose ou quelqu’un pour que ça change, je n’y crois pas…

En revanche, je crois aux petites gouttes qui créent un océan. Si chaque personne qui en a besoin se forme et pratique tous les jours… alors le problème du consentement n’en sera plus un dans une ou deux générations.

Et vous qu’en pensez-vous ?

 

Peggy

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Retour haut de page